Michel Audiard

[singlepic=464,320,240,,left]


A quoi tu penses?
Je pense que le jour ou on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner.


Attention! J’ai le glaive vengeur et le bras séculier! L’aigle va fondre sur la vieille buse!… – – Un peu chouette comme métaphore, non? – C’est pas une métaphore, c’est une périphrase. – – Fais pas chier!… – – Ça, c’est une métaphore.


- Avoue qu’c’est quand même une drôle d’heure pour arriver, surtout de ce temps-là. – – Ah! les voyageurs c’est fait pour voyager, le temps n’a rien à voir là-dedans.


- Bougez pas!… Les mains sur la table! Je vous préviens qu’on a la puissance de feu d’un croiseur, et des flingues de concours. – – Si ces messieurs veulent bien me les confier…


- Debout, face au mur et les paluches en l’air… que j’les vois bien. – – On est chargé à la magnum. Si vous bougez seulement les oreilles, on vous coupe par le milieu.


50 kilos de patates, un sac de sciure de bois, il te sortait 25 litres de 3 étoiles à l’alambic. Un vrai magicien ce Jo. Et c’est pour ça que je me permets d’intimer l’ordre à certains salisseurs de mémoires de bien vouloir fermer leur claque-merde!


A la guerre, on devrait toujours tuer les gens avant de les connaître.


A mon avis, dans la guerre, il y a une chose attractive, c’est le défilé de la victoire. L’emmerdant c’est avant.


A partir de novembre, pour les clochards, il n’y a plus que deux solutions: la Côte d’Azur ou la prison.


A travers les innombrables vicissitudes de la France, le pourcentage d’emmerdeurs est le seul qui n’ait jamais baissé.


Aux courses, les petits tuyaux font les grandes misères.


Bienheureux les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.


C’est avec les bonnes bourgeoises qu’on fait les meilleures grues.


C’est le sort des familles désunies de se rencontrer uniquement aux enterrements.


C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule.


Conduire dans Paris c’est une question de vocabulaire.


Dans la flatterie, aucune précaution à prendre, aucune limite à respecter. On ne va jamais trop loin.


Dans la vie il y a deux expédients à n’utiliser qu’en dernière instance: le cyanure ou la loyauté.


Dans la vie on partage toujours les emmerdes, jamais le pognon.


Dans la vie, il faut être gentil avec les femmes; même avec la sienne.


Dans le temps, si on t’avait foutu à la lourde chaque fois que t’as fait des conneries, t’aurais passé ta vie dehors.


Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y’a des statistiques là-dessus.


De 1858 à 1972, à Lourdes: – – guérisons miraculeuses reconnues par les autorités médicales: 34 – – guérisons miraculeuses constatées par les autorités religieuses:72 – – accidents mortels de circulation sur la route du pèlerinage: 4272


Depuis Adam se laissant enlever une côte, jusqu’à Napoléon attendant Grouchy, toutes les grandes affaires qui ont raté étaient basées sur la confiance… Faire confiance aux honnêtes gens, est le seul vrai risque des professions aventureuses.


Deux milliards d’impôts! J’appelle plus ça du budget, j’appelle ça de l’attaque à main armée!


Ecoute, j’ai été enfant de chœur, militant socialiste, et bistrot. C’est dire si j’en ai entendu des conneries…


Ecoute, on t’connaît pas, mais laisse nous t’dire que tu t’prépares des nuits blanches, des migraines… des «nervous breakdown» comme on dit de nos jours.


En France, on n’a que trois spécialités: la littérature, la fesse et la bouffe.


Gouverner ne consiste pas à aider les grenouilles à administrer leur mare!


Ici c’est une grande famille. Quand un gars veut une augmentation, il vient me voir, je l’écoute et hop! je le vire.


Il existe une prédilection masochiste des Français pour deux exercices dans lesquels ils se révèlent malchanceux: la guerre et le football.


Il faut user un grand nombre de femmes bêtes pour oublier une femme intelligente!


Il serait normal que les assassins signalent les crimes. Après tout, ils sont les premiers informés.


Il vaut mieux s’en aller la tête basse que les pieds devant.


Il vendrait des passe-montagnes à des sénégalais.


J’ai divisé la société en deux catégories: mes amis ou mes cons à moi et les cons des autres que je ne supporte pas.


Je me suis marié parce que ça donnait le droit à un costume pur laine et des chaussures en cuir: voilà où ça mène l’élégance.


Je me suis rendu compte que j’avais pris de l’âge le jour ou j’ai constaté que je passais plus de temps à bavarder avec les pharmaciens qu’avec les patrons de bistrot.


Je ne parle pas aux cons, ça les instruit.


Je ne te demande pas si tu as mangé: on t’entend digérer.


Je suis pour les titres longs. Si à la recherche du temps perdu s’était appelé simplement Albertine, ce serait moins bon.


L’alcool ne procure pas la gaieté mais la cirrhose.


L’amanite phalloïde a retiré l’an dernier plus de 4 000 contribuables à l’affection du Trésor public.


L’avarice est le pire défaut qui existe, si on compte ses sous, on compte aussi ses sentiments.


L’éloquence sacrée, c’est comme la musique religieuse: pas besoin de comprendre pour écouter.


L’essentiel en enfer est de survivre.


L’Etat ne participe jamais aux catastrophes mais participe toujours aux bénéfices.


L’été: les vieux cons sont à Deauville, les putes à Saint-Tropez et les autres sont en voiture un peu partout.


L’homme de la pampa parfois rude reste toujours courtois mais la vérité m’oblige à te dire: ton Antoine commence à me les briser menu.


L’idéal quand on veut être admiré, c’est d’être mort.


La connerie à ce point-là, moi, j’dis qu’ça devient gênant.


La danse, c’est du pelotage: tout ce qu’on fait avec les pieds est parfaitement secondaire. Tout le monde s’en fout.


La délicatesse est une façon de parler et l’amour une façon de faire.


La démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres.


La fréquentation des salons m’a appris une chose: à ne plus chercher à acheter au coin des rues ce que l’on trouve gratuitement auprès des femmes du monde.


La justice, c’est comme la Sainte-Vierge, si on la voit pas de temps en temps, le doute s’installe.


La mère: – – Tu me feras mourir de chagrin.
Le fils: – – Eh bien tant mieux! – Comme ça on ne retrouvera pas l’arme du crime!


La pire maladie des hommes c’est de donner tout son amour à une seule bonne femme.


La vérité n’est jamais amusante sinon tout le monde la dirait.


Le bistrot est utile à un dialoguiste, mais il y a un risque: l’alcoolisme.


Le bœuf mironton et le droit d’asile sont deux névroses typiquement françaises.


Le bonheur on s’y fait, le malheur on ne s’y fait pas, c’est ça la différence.


Le cinéma français est à l’image de la France: on n’a pas assez de pognon et c’est comme ça dans tous les domaines.


Le flinguer comme ça de sang froid, sans être tout à fait de l’assassinat, y aurait quand même comme un cousinage!


Le grand défaut des comédiens, un égoïsme plus démesuré encore que chez les autres êtres humains.


Le jour est proche où nous n’aurons plus que «l’impôt» sur les os.


Le jour où la connerie se vendra en tubes, il y en a qui seront les premiers à s’offrir une brosse à dents.


Le mariage, c’est ce qui différencie l’homme de la bête. Il ne faut pas confondre avec le rire… c’est pourtant pas la même chose!


Le piano, c’est l’accordéon du riche.


Le scénariste n’est qu’un brodeur d’histoire.


Les amis n’aiment pas être fidèles. Ils ont l’impression de perdre leur personnalité.


Les bénéfices ça se divise, la réclusion, ça s’additionne.


Les conneries c’est comme les impôts, on finit toujours par les payer.


Les cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît.


Les excès de passion sont toujours regrettables c’est le contraire de l’intelligence.


Les femmes ne prennent pas d’amants pour courir les garçonnières mais pour décorer leurs salons.


Les Français m’agacent prodigieusement, mais comme je ne connais aucune langue étrangère, je suis bien obligé de parler avec eux.


Les Français se divisent en deux catégories, ceux qui attendent le téléphone et ceux qui attendent la tonalité.


Les mauvaises pensées ne sont permises qu’aux gens importants.


Les producteurs de films ont tous des Rolls-Royce parce que, dans le métro, il faut payer comptant.


Les salariés sont les êtres les plus vulnérables du monde capitaliste: ce sont des chômeurs en puissance.


Les têtes d’assassin, on ne les reconnaît qu’une fois dans le panier. Et encore pas toujours!


Les traditions? C’est comme ça qu’on appelle les manies dès qu’il s’agit de fêtes militaires ou religieuses.


Les vieillards c’est comme les bébés ça change très vite.


Lorsque l’on se défait d’un vice, on s’éprend d’un autre.


Moi les dingues, j’les soigne, j’men vais lui faire une ordonnance et une sévère, j’vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins d’Paris qu’on va l’retrouver éparpillé par petits bouts façon puzzle…


Moi quand on m’en fait trop j’correctionne plus, j’dynamite… j’disperse… et j’ventile…


Moi, Monsieur, je suis ancien combattant, patron de bistrot et militant socialiste, c’est vous dire si des conneries dans ma vie j’en ai entendu quelques-unes.


Mon seul dopping, c’est la page blanche. Parfois je commence sur n’importe quoi: «Bonjour, comment ça va? Va te faire foutre.»


Monsieur, si la connerie n’est pas remboursée par les assurances sociales, vous finirez sur la paille.


N’oublie pas ce qu’a dit le médecin: cinq gouttes. La posologie ça s’appelle. Et de la posologie au veuvage, c’est une question de gouttes.


On est gouverné par des lascars qui fixent le prix de la betterave et qui ne sauraient pas faire pousser des radis.


On faisait chambre commune et rêves à part.


On n’emmène pas de saucisses quand on va à Francfort.


On ne peut pas essayer d’être amoureuse de Papa. Maman a déjà essayé


Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche.


Tu sais pourquoi les producteurs de films ont tous des Rolls-Royce ? C’est parce que dans le métro, il faut payer comptant.


Un gentleman est quelqu’un qui est capable de décrire Sophia Loren sans faire de gestes.


50 kilos de patates, un sac de sciure de bois, il te sortait 25 litres de 3 étoiles à l’alambic. Un vrai magicien ce Jo. Et c’est pour ça que je me permets d’intimer l’ordre à certains salisseurs de mémoires de bien vouloir fermer leur claque-merde!


Une réflexion au sujet de « Michel Audiard »

Répondre à Michel du Val d'Oise Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>