Archives du mot-clé technique

Le traitement du bruit avec Lightroom 3

Une nouveauté intéressante de Lightroom 3 est le traitement du bruit. Sur des fichiers RAW. Il donne des résultats très impressionnants. Je vous propose de jeter un coup d’œil sur ces curseurs de correction de bruit du panneau « Développement ».


reduction-du-bruit

Les curseurs sont répartis en deux groupes : Luminance et Couleur. Le curseur Luminance est réglé par défaut à 0 (aucune correction n’est appliquée), il contrôle le niveau de correction du bruit de luminance, qui se traduit, à l’image, par du grain plus ou moins serré. Pour atténuer le grain sans perte de détail, une valeur de 25 est le meilleur des compromis. Au-delà, on risque de perdre les micro-détails, mais, personnellement, je n’hésite pas à aller jusqu’à 50 en augmentant également un peu la couleur

L’image qui suit est prise à 1600 ISO avec un Canon EOS 550D. Pour cet appareil, avant tout réglage, le curseur Luminance est à zéro et le curseur Couleur à 25(1). J’ai mis la luminance à 47 et la couleur à 35. Le résultat est très flagrant en agrandissement.


reduction-du-bruit

Le curseur Détail permet d’améliorer les détails de l’image. Sa valeur par défaut est de 50. Si on le déplace vers la droite, il va préserver plus de détails, vers la gauche, il va les adoucir. Dans les deux cas, il y a un risque que les plus fins détails soient pris pour du bruit. Ce curseur est utile pour les images qui sont très bruitées et, si vos originaux sont très propres à haute sensibilité, le réglage par défaut de 50 n’aura pas besoin d’être modifié. Dans l’exemple, je l’ai laissé à 50. Si le curseur avait été réglé à 0, cela se serait traduit par un adoucissement de la texture trop important.

Le curseur Contraste agit sur les textures, et son effet est négligeable sur les images prises à moins de 6400 ISO. Pour préserver les textures, il faut déplacer le curseur vers la droite, mais au risque de voir se former des paquets granuleux et irréguliers. Si on le déplace vers la gauche, on garde une granulation fine mais les textures seront lissées. La valeur par défaut est 0.

Maintenant que vous savez faire cela, il vous reste à considérer ce que vous voulez faire de la photo! Les deux images ci dessous ne se font pas grand mal à l’écran. Si vous n’envisagez pas de tirages papier grand format ou un recadrage important, vous pouvez très bien vivre sans cette technique!


reduction-du-bruit


reduction-du-bruit

  1. Le traitement du bruit se fait par type de boîtier et de capteur, c’est-à-dire qu’il sera différent suivant les appareils []

Il est temps de trier ses photos


les photographes du salon de l'auto

Je suis assez surpris de voir le nombre de photographes amateurs que je croise. Combien de millions de photos sont prises chaque jour? je n’en sais rien, mais c’est sûr, c’est phénoménal! Le hic, c’est qu’elles restent stockées dans un coin de votre ordinateur et qu’elles sont oubliées dès lors qu’on les a enregistrées! Personnellement, je fais entre 5000 et 6000 photos par an. J’ai donc un besoin impératif d’organiser mes photos. Comme je ne fais plus que des photos au format Raw, cela permet en plus de libérer un peu de place! J’avoue, je ne suis pas très sérieux dans ces domaines et je me laisse vite dépasser. Je profite donc des premiers froids pour « dépoussiérer » ma collection. J’utilise toujours Lightroom qui reste assez complet puisqu’il permet non seulement de classer mais également d’améliorer le traitement des photos.

Le filé en photo

J’ai eu la possibilité d’assister à une partie des courses du circuit des remparts d’Angoulême 2010. J’ai voulu réaliser à cette occasion des « filés », histoire de donner l’impression de vitesse d’un sujet en déplacement (C’est un truc utilisé fréquemment en photographie sportive.)
L’idée, c’est d’obtenir un sujet net sur un fond flou formant des lignes parallèles au sens de déplacement du sujet.


file-photo

La problématique:

Le sujet se déplace, il faut donc choisir une vitesse rapide pour qu’il soit net…
Le fond est statique. Si je veux qu’il soit flou, je dois choisir une vitesse lente et bouger mon appareil…

La solution:

Il faut choisir une vitesse lente et déplacer l’appareil latéralement pour que le fond soit flou. Mais pour que le sujet reste net; il n’y a que deux solutions :
1: Figer son mouvement au flash (technique délicate en raison de l’éloignement du sujet qui est supérieur à la portée du flash)
2: Suivre le sujet dans le viseur pendant son déplacement, tout en déclenchant, et en faisant attention à ne pas bouger l’appareil perpendiculairement au sens de déplacement.

La deuxième technique (suivre le sujet avec l’appareil pendant le déclenchement) demande beaucoup de pratique à la fois pour trouver la vitesse de prise de vue adaptée et acquérir la stabilité et la « fluidité » nécessaires car les photos sont généralement prises à main levée.

Les trucs impératifs

Repérez l’endroit où passera le sujet et où on vous voulez le photographier; se placer parallèlement à ce plan de prise de vue; sans bouger les jambes, se tourner vers l’endroit d’où vient le sujet; dès qu’il arrive, le suivre dans le viseur et déclencher au début de la zone de prise de vue repérée; continuer à suivre le sujet dans le viseur un peu après le déclenchement, toujours en tournant le buste, sans bouger les jambes. Le résultat donne des photos comme celles qui suivent!


file-photo


file-photo


file-photo

Au secours! Je ne suis pas photogénique!

Je ne suis pas photogénique! Qui n’a jamais entendu cette expression? Mais en y réfléchissant un peu, il s’agit d’une idée purement subjective puisqu’en fait la photo ne change pas la personne! Elle fige juste un instant. On l’aime ou on ne l’aime pas mais c’est forcément nous!
Parti de ce constat, il faut certaines conditions pour arriver à un résultat acceptable.
Créer un climat de confiance: Je m’en suis souvent rendu compte. Lorsqu’on fait du portrait, il est absolument nécessaire d’obtenir la confiance, si ce n’est la complicité du modèle. Discuter, expliquer, prendre du temps avant de faire les photos n’est pas du temps perdu. Une personne décontractée est plus facile à photographier.
Utiliser un accessoire:C’est un truc qui marche assez bien. Elle aide le modèle à ‘oublier’ l’objectif. Cela peut être banal comme un téléphone, le doudou d’un enfant, … ou plus original. J’ai vu l’utilisation d’un cadre de tableau vide donner de superbes résultats!
Prendre plusieurs photos: Le numérique le permet plus aisément, n’hésitez pas à prendre plusieurs fois la même photo! Les variations souvent infimes d’un visage changent parfois radicalement le résultat.
Trouver le bon profil:
Il ne faut pas grand chose. Un angle de prise de vue différent, un visage plus ou moins éclairé,…et vous pourrez trouver le « bon profil »! Faites des essais. Des photos prises de face soulignent les dissymétries du visage. Il suffit parfois juste de tourner très légèrement la tête, poser de 3/4, ou un peu entre les deux…
Au final, n’oubliez pas: Nobody is perfect! On doit faire avec nos défauts. Ce qui est important, c’est que le modèle s’accepte! En général, je ne m’aime guère sur les photos, mais j’aime bien le résultat de la photo ci dessous.

michel-leger

Photo floue ou point nette?

Voilà un sujet qui fait toujours plaisir aux photographes en herbe, le flou. En général, le photographe se méfie du flou. Et il a raison à plus d’un titre! Car le flou est souvent là où on ne l’attend pas!
Pour mieux le maitriser, voire l’apprivoiser, il est bon de rappeler qu’il existe plusieurs types de flous, chacun ayant des causes et implications différentes.

  • 1-Le flou de mouvement:
  • Le flou de mouvement, est dû à une vitesse insuffisante pour figer l’action. Pour figer ce mouvement, il faut choisir une vitesse d’obturation très rapide. Un sujet en mouvement nécessite un temps de pose minimal de 1/50è sec. à 1/100è sec. pour apparaître net sur un cliché. Dans des conditions sportives, la vitesse nécessaire peut parfois dépasser les 1/1000è sec.

    Exemple : Vous photographiez un enfant qui court en plein jour.
    Résultat : Cool! tout est net sur la photo… sauf l’enfant!
    Solution : Passer en mode « vitesse » pour augmenter la vitesse, ou passer en mode « sport »

  • 2-Le flou de bougé
  • Le flou de bougé provient d’une vitesse d’obturateur trop faible et par conséquent réceptive aux mouvements du photographe. En clair, ce sont les légers tremblements du photographe qui provoquent le flou sur la photo (aussi provoqué par l’âge ou l’alcool,…).
    Une vitesse minimale de 1/40è sec. est habituellement nécessaire pour s’affranchir du flou de bougé. Cette valeur est modulée par un paramètre supplémentaire:
    La longueur de focale utilisée : plus la focale est longue, plus le risque de flou de bougé augmente. Une règle simple veut qu’il faille une vitesse minimale au-moins égale à 1/focale. En clair : il faut compter 1/50è sec. pour une photo prise à 50mm et 1/200è sec. si elle est prise au 200mm.
    la stabilisation: cette fonctionnalité présente sur de nombreux appareils numériques permet de compenser les mouvements de bougé du photographe. Il est parfois ainsi possible de réaliser des clichés à moins de 1/30è sec. sans flou de bougé.

    Exemple: Une photo prise à l’intérieur ou lorsque la luminosité est faible
    Résultat : Dommage! Tout est flou sur la photo!
    Solution : augmenter la sensibilité ISO, activer la stabilisation (moi elle est installée à demeure) si ce n’est pas encore fait, utiliser un trépied

  • 3-Le flou de mise au point
  • Tous les appareils numériques actuels proposent une mise au point automatique (Autofocus). Grâce à un ou des collimateurs, on vise le sujet et en appuyant à mi-course sur le bouton de déclenchement, la mise au point se fait automatiquement sur ce sujet.
    Le flou de mise au point survient lorsque la mise au point ne s’est pas faite là où le photographe l’avait souhaitée : soit parce que le sujet s’est déplacé pendant celle-ci, soit parce qu’un élément est apparu devant l’objectif, soit encore par erreur du photographe.
    Les objectifs ont également une distance minimale de mise au point : si le sujet est trop proche pour l’objectif (macro ou photo rapprochée), la MAP ne se fera pas ou se fera sur le premier élément qui peut être net.

      Exemple: On fait la mise au point sur un oiseau dans un arbre avec une faible profondeur de champ …
      Résultat: La branche est super nette mais pas l’oiseau!
      Solution: Vérifiez bien votre mise au point avant de déclencher! Augmentez la profondeur de champ! Vous pouvez par exemple augmenter l’ouverture du diaphragme (c’est-à-dire passer de f 2 à f 16) pour jouer sur la profondeur de champ ou la netteté de l’image.
  • 4-Le manque de netteté générale
  • Dans certains cas les clichés ne sont pas véritablement flous, mais manquent simplement de netteté générale.
    Il y a généralement deux raisons à cela :
    La sensibilité ISO: plus la sensibilité ISO est élevée, plus les détails et les contrastes sont perdus, noyés dans du « bruit numérique ». Pour obtenir une qualité optimale, sachez que la norme est de 100 ISO (ou moins) et que la qualité se dégrade dès 400 ISO (même si les appareils actuels sont en train de pulvériser les chiffres dans ce domaine!).
    La qualité de l’optique : l’objectif utilisé influe sur la qualité générale, la netteté (le piqué) et les contrastes d’un cliché. Les objectifs modernes d’entrée de gamme proposent une qualité optique généralement bonne, mais la différence se ressent avec les objectifs professionnels.

  • 5-Jouez avec le flou : C’est le bokeh
  • Certains photographes raffolent de l’effet produit parce que l’on appelle le « Bokeh ».
    Le Bokeh est un flou artistique de l’arrière-plan, jouant sur la profondeur de champ, et qui conduit à mieux détacher le sujet de son contexte. Certains artistes poussent même le vice à rendre le sujet volontairement flou afin de créer un effet de lecture intéressant, mais ça c’est pas ici, c’est chez « photofloue ».

    Traitement des images

    Quelle est le juste milieu entre une image haute résolution et une image qui s’affiche rapidement? Pour trainer mes guètres sur internet assez fréquement, notemment sur les sites dédiés à l’image, je dois avouer que c’est parfois dommage voir fatiguant de devoir attendre patiemment devant un sablier frénétique qu’une photo veuille bien apparaître! Il y a des sites où je m’arrête à la première photo!

    Je n’échappe à la règle. J’ai d’abord cherché à mettre des bonnes grosses photos qui donnent bien! Au final, je ne suis pas sûr que cela en vaille la peine.

    Jusqu’à présent, je me contentais d’exporter mes images en 800X600 via Lightroom, mais la taille des images restait encore lourde.

    J’utilise depuis le mois de mars un petit logiciel, Copyrightleft, qui, en plus d’insérer en filigramme(1)un copyright (comme son nom l’indique!), comprime les photos de belle manière! cliquez sur la photo ci dessous et vous verrez le résultat! l’image s’affiche en 800X600 avec une qualité convenable pour un poids de 62ko! On doit pouvoir faire mieux, mais ça doit pas être facile!

    [singlepic=552,320,240,,]

    1. Filigramme: Equivalents ou assimilés : Filigrane, Fingerprint, Watermark

      Ensemble d’informations, inscrites dans un fichier, habituellement de façon invisible, permettant de déterminer son auteur ou son propriétaire. []